Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 06:49

Non, Marmotte ne s'est pas mise à l'espagnol... elle n'a pas non plus décidé de partir faire le tour du monde!

Je voudrais seulement, aujourd'hui vous inviter à consulter ce blog: unebaladeporelmundo.

Jérôme, le fils d'un couple d'amis et son amie espagnole, Rosa ont décidé de faire une parenthèse dans leur toute nouvelle vie trépidante. Depuis 11 mois ils ont déjà visité 12 pays en Asie et en Afrique.

 

Maintenant un concours espagnol peut leur ouvrir les portes de l’Amérique du Sud gratuitement pendant 3 mois si leur projet est sélectionné.

Pour cela, ils ont besoin de votre vote... aidez-les à réaliser ce rêve.

 

 

Visionnez cette vidéo (elle dure 7mn)

Et voici le lien pour voter (en haut à droite):

 

Ils doivent atteindre les 900 votes

avant le 31 octobre

 

SVP, faites suivre ce message

Repost 0
Publier par leterrierdemarmotte - dans Voyages
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 08:50

Un petit ajout grâce à Muriel de Verveine & Lin qui me le rappelle...

Dans le Chasse marée de novembre, vous pouvez retrouver un récit de cette histoire qui avait fait scandale au début du XIXe siècle

Le radeau de la Méduse (bis)

ainsi que sur les détails de la reconstitution de ce radeau pour les besoins du film.

Le radeau de la Méduse (bis)
Le radeau de la Méduse (bis)
Repost 0
Publier par leterrierdemarmotte - dans Voyages
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 19:24

Non, ce n’était pas sur l’Hermione que nous avons embarqué

Le radeau de la Méduse

et pas non plus sur le pont transbordeur, comme le croyait Marie-Christine de Crazypatch.

 

Le radeau de la Méduse

C’est Emmanuelle du Marquoir d’Elise qui a trouvé.

Vous connaissez ce tableau ?

 

Le radeau de la Méduse

Le radeau de la Méduse, c’est bien sur cette embarcation que s’est retrouvée la famille Marmotte le week-end dernier.

Vous connaissez le musée de la Marine à Rochefort ?

 

Le radeau de la Méduse

En ce moment, une drôle d’embarcation a envahi la cour

 

Le radeau de la Méduse
Le radeau de la Méduse

Une réplique du radeau, dont Géricault a fait la célébrité, qui a été réalisée pour les besoins du tournage d’un film que nous aurons le plaisir de suivre sur ARTE en mars 2015.

 

Le radeau de la Méduse
Le radeau de la Méduse

Si vous voulez en connaître la véritable histoire, je vous conseille 2 livres:

 

Le radeau de la Méduse
Ce 2e est un roman

Ce 2e est un roman

 

Je vous offre également quelques photos d’une mémorable croisière sur l’embouchure de la Charente… sur un véritable bateau… par une journée automnale superbe !

Le radeau de la Méduse
Le radeau de la Méduse
Le radeau de la Méduse
Le radeau de la Méduse
Le radeau de la Méduse
Le radeau de la Méduse
Le radeau de la Méduse
Le radeau de la Méduse

Merci Frédérica pour tes photos.

Et merci aux organisateurs de cette journée exceptionnelle!

Être capable de trouver sa joie dans la joie de l'autre, voilà le secret du bonheur.

Georges Bernanos

Repost 0
Publier par leterrierdemarmotte - dans Voyages
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 08:00

Je vous fais languir… je suis certaine que vous vous demandez si Marmotte a trouvé du patch à La Réunion. Bien entendu, mais pas là où elle l’attendait !

J’avais espéré rencontrer Sophie de La Petite Cotonnade… mais les aléas de notre voyage ne nous ont pas accordé ce plaisir !

C’est en visitant la Maison Folio à Hell-Bourg dans le cirque de Salazie que j’ai eu la surprise de trouver du patch ou tapis mendiant, selon l’appellation locale, dans une chambre.

Et le patch alors?

Malheureusement les photos étaient très difficiles à faire, vu le nombre de visiteurs.

Tout d’abord, des motifs traditionnels assez connus

Et le patch alors?

Sur le dossier d'un fauteuil, une piquette.

Et le patch alors?

Ce petit ouvrage est l’équivalent du petasson provençal, dans sa fonction, puisqu’il servait à tenir un bébé et à protéger la toilette de la maman d’un éventuel accident. Très souvent exécutés avec des hexagones et doublés d’éponge.

Et le patch alors?

Sur le lit, un bel ouvrage blanc. Autrefois les femmes récupéraient les capsules de bouteille et en retiraient la partie centrale pour ne conserver qu’un anneau. Brodés au point de feston avec du coton perlé, ces anneaux étaient assemblés pour devenir des petits napperons décoratifs.

Et le patch alors?

Et bien entendu, voici ce que vous attendez depuis le début, j’en suis certaine : les jours de Cilaos.

Et le patch alors?

Plusieurs boutiques en présentent, en blanc ou en couleur.

Et le patch alors?

Mais le plus intéressant fut la rencontre à la maison de la Broderie avec Suzanne Maillot, meilleur ouvrière de France, passionnée et passionnante.

Et le patch alors?

Elle n'a pas hésité à m'expliquer son travail et à me parler de l'histoire des cette broderie traditionnelle, aussi appelée jours anciens.

Et le patch alors?

Bien entendu, je n’ai pas pu résister au plaisir de ramener un de ces petits trésors !

Et le patch alors?

Et je voudrais terminer ce reportage avec un clin d’œil à une exposition: Lumières drontiques. Au hasard de la visite de la rue de Paris à Saint-Denis, nous avons eu la chance d'admirer les œuvres de Margaret Adenor dans une belle case créole. Ces dessins naïfs et très colorés de Dodo pourraient bien inspirer quelques ouvrages de patch!

Et le patch alors?

Voilà, mon reportage s’achève avec ce beau souvenir…

Il n'y a pas de plus grande joie que celle qu'on n'attend pas.

Sophocle

Repost 0
Publier par leterrierdemarmotte - dans Voyages
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 07:37

Hébergés une grande partie du séjour chez nos cousins puis chez un ami, nous avons pu apprécier divers caris toujours accompagnés de riz, de grains (lentilles ou haricots) et bien sûr de sauce pimentée. Punchs divers et rhum arrangé ont également agrémenté nos repas (avec modération bien entendu).

Marmotte découvre la vie créole (suite)

Et si vous voulez essayer vous aussi, je vous offre une recette facile extraite du livre de Brigitte Grondin « Du bonheur dans vos assiettes »

Marmotte découvre la vie créole (suite)

Nous avons découvert un plat très original : le palmiste. Il faut abattre un arbre pour couper une partie du tronc. L’écorce est enlevée par couches successives jusqu’à ce qu'une teinte plus claire apparaisse.

Marmotte découvre la vie créole (suite)

Les couches sont de plus en plus tendres et seront dégustées soit cuites, soit crues en salade.

Marmotte découvre la vie créole (suite)

Fruits et légumes s'achètent tout naturellement sur le bord des routes, directement aux petits producteurs.

Marmotte découvre la vie créole (suite)

Etonnés de voir partout des kiosques aménagés pour le pique-nique,

Marmotte découvre la vie créole (suite)

nous avons découvert que les réunionnais aiment cuisiner à l’extérieur et en famille. Certains lieux sont très prisés pour les retrouvailles du week-end.

Marmotte découvre la vie créole (suite)

Mais ils aiment aussi la traditionnelle « cuisine au feu de bois » même si la nuit tombe très vite.

Marmotte découvre la vie créole (suite)

Ce que je ne peux pas vous montrer,

mais dont le souvenir est encore bien présent,

ce sont les différentes odeurs :

celles des fleurs et des fruits,

celles de l’océan,

mais aussi celles de la terre en forêt, juste après la pluie

et enfin celles, inimitables, des épices de la cuisine créole !

Le bonheur est une récompense qui vient à ceux qui ne l'ont pas cherché.

Alain

Repost 0
Publier par leterrierdemarmotte - dans Voyages
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 08:16

La Réunion c’est :

  • une végétation luxuriante,
  • des fleurs magnifiques,
  • des fruits savoureux,
  • des gousses de vanille au parfum inimitable
  • des paysages grandioses…

Mais c’est avant tout une manière de vivre : la vie créole.

Depuis plus de trois siècles, des populations de diverses origines cohabitent sans problèmes sur ce petit caillou perdu au milieu de l’Océan Indien.

« Eden pratiquement vierge » jusqu’au XVIIe siècle, l’île Bourbon sera colonisée par la Compagnie des Indes orientales. On y amène des esclaves noirs de Madagascar, mais aussi des Français et des Indiens. Il faudra attendre 1793 pour voir apparaître le nom « île de la Réunion ». Si vous voulez en savoir davantage sur l’histoire, je vous conseille ce site : http://www.mi-aime-a-ou.com/histoire_la_reunion.php

Nous avons constaté cette harmonie en voyant les églises côtoyer mosquées et temples tamouls ou chinois.

Marmotte découvre la vie créole

La religion catholique est dominante et se mêle aux croyances païennes, tout comme en témoignent ces petites niches abritant une statuette de Saint-Expedit, à chaque détour de sentier.

Marmotte découvre la vie créole

La langue créole est aussi très savoureuse. A peine sorti de l'aéroport, nous croisions un camion vantant les méritent de la bière locale "la dodo lé la"!

Marmotte découvre la vie créole

Nous avons eu l’occasion de croiser un mariage...

Marmotte découvre la vie créole

Nous avions déjà remarqué les vitrines qui présentent des tenues très « froufroutantes » ou très « clinquantes ».

Marmotte découvre la vie créole

A demain pour un peu de cuisine!

Le bonheur n'est pas dans les évènements. Il est dans le cœur de ceux qui les vivent.

André Maurois

Repost 0
Publier par leterrierdemarmotte - dans Voyages
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 07:14

La Réunion, c’est avant tout un relief montagneux.

Au centre, le Piton des Neiges (3070m) est à l’origine de l’île depuis quelque trois millions d’années. Il ne porte pas souvent son nom, la neige y est très rare !

Marmotte prend de la hauteur

Autour, se sont formés des cirques d’une beauté exceptionnelle que l’on peut admirer du point de vue du Maïdo (2205 m), à condition de se lever aux aurores, avant l’apparition des nuages. Pour moi, c’est le spectacle « nature » le plus beau que je n’aie jamais vu (les photos ne sont malheureusement pas fidèles à ce panorama à 360° horizontalement et verticalement).

Clic pour voir d'autres vues...
Clic pour voir d'autres vues...
Clic pour voir d'autres vues...
Clic pour voir d'autres vues...
Clic pour voir d'autres vues...

Clic pour voir d'autres vues...

Salazie (« bon campement » en malgache), le cirque le plus accessible, très verdoyant (beaucoup de chouchous),

Marmotte prend de la hauteur

dominé par de nombreuses cascades qui n’étaient pas encore très chargées en eau lors de notre séjour.

Le Voile de la Mariée

Le Voile de la Mariée

Hell-Bourg, ancienne ville thermale présente de nombreuses cases créoles typiques (dont la Maison Folio).

Marmotte prend de la hauteur
Marmotte prend de la hauteurMarmotte prend de la hauteurMarmotte prend de la hauteur

Cilaos (« qu’on ne quitte pas » en malgache) est perché à 1200m après une route vertigineuse et près de 500 virages.

La ville de Cilaos et la Tête de Chien
La ville de Cilaos et la Tête de Chien

La ville de Cilaos et la Tête de Chien

C’est le point de départ de sublimes randonnées. Nous avons choisi Ilet-à-Cordes point de refuge des esclaves « noirs marrons » qui fuyaient les plantations du littoral. Pour cela, il nous a fallu descendre 500m avant d’en remonter autant pour seulement 4km de sentier. Le retour en bus fut très vertigineux!

Clic...
Clic...
Clic...
Clic...

Clic...

Il a aussi fallu traverser Bras-Rouge, ruisseau qui peut vite se transformer en torrent après une période de pluie.

Marmotte prend de la hauteur

Mafate (« celui qui pue ou qui tue » en malgache, comme le nom d'un sorcier marron) est le plus sauvage et pour cause : on ne peut y accéder qu’à pied ou en hélicoptère.

Décolage d'un hélicoptère au Col des Boeufs
Décolage d'un hélicoptère au Col des BoeufsDécolage d'un hélicoptère au Col des Boeufs

Décolage d'un hélicoptère au Col des Boeufs

Quel bonheur d’y passer un peu de temps, loin des voitures.

La Nouvelle - le jour & la nuit
La Nouvelle - le jour & la nuit

La Nouvelle - le jour & la nuit

Une randonnée très escarpée nous a permis de découvrir les Trois Roches par la Plaine aux Sables. Le retour s'est fait par Marla et la Plaine des Tamarins.

Clic...
Clic...
Clic...
Clic...
Clic...
Clic...

Clic...

Au sud-est, le Piton de La Fournaise culmine à 2632 m, seul volcan français toujours en activité. L’ascension de son cratère principal se mérite, mais vaut vraiment le détour. Le paysage y est lunaire.

Clic...
Clic...
Clic...
Clic...
Clic...
Clic...
Clic...

Clic...

Il vaut mieux être très bien chaussé pour marcher sur les roches volcaniques !

Marmotte prend de la hauteurMarmotte prend de la hauteur

Ces deux massifs sont séparés par de hauts plateaux : la Plaine des Cafres et la Plaine des Palmistes.

Fenaison dans la Plaine des Cafres

Fenaison dans la Plaine des Cafres

On y découvre là encore des paysages grandioses

Ilet de Grand Bassin et Grand Etang
Ilet de Grand Bassin et Grand Etang

Ilet de Grand Bassin et Grand Etang

et en particulier la forêt primaire de Bébour-Bélouve avec ses fougères arborescentes et son humidité permanente.

Marmotte prend de la hauteur

Partout, des paysages à couper le souffle.

Il ne manque que la neige… et les marmottes !

Plus on est heureux et moins on prête attention à son bonheur.

Alberto Moravia

Repost 0
Publier par leterrierdemarmotte - dans Voyages
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 13:55

Outre une végétation inhabituelle pour nous, La Réunion présente aussi des paysages somptueux. C’est une île volcanique minuscule de l’Océan Indien (sa superficie de 2500 km2 est 3 fois plus petite que la Corse).

On est tout de suite confronté à ce relief en forme de cône.

Les voies de circulation sont peu nombreuses: l’une fait le tour de l’île, coincée entre l’océan et la montagne, avec parfois des parois vertigineuses et l’autre la traverse par les hautes plaines d’est en ouest (60 km avec un passage à 1500m).

La route du Littoral à Saint-Denis

La route du Littoral à Saint-Denis

Le tour de l’île permet de découvrir plusieurs aspects en suivant toutes ces communes aux noms de saints.

L’aéroport Roland Garros situé sur Sainte-Marie commune de St-Denis), nous partons vers l’est, région où la canne à sucre est dominante et en pleine récolte en cette fin d’année. Nous avons la surprise de croiser des tracteurs et des cachalots sur la 4 voies. Non, nous n’avons pas encore abusé du punch… les cachalots sont les camions qui transportent la canne à sucre jusqu’à la sucrerie de Bois Rouge à Saint-André.

Marmotte fait le tour de l'île

Saint-Benoît est la ville principale de l’est.

Marmotte fait le tour de l'île

A Sainte-Anne, impossible de manquer la célèbre église baroque qui a servi de décor à

« La Sirène du Mississippi ».

Marmotte fait le tour de l'île

Nous traversons sans arrêt rivières ou ravines et certaines sont enjambées par de magnifiques ouvrages d’art.

comme le pont suspendu de la rivière de l’Est

comme le pont suspendu de la rivière de l’Est

Peu à peu les roches volcaniques apparaissent ce qui offre de beaux contrastes entre les roches noires et le bleu turquoise de l’océan.

Marmotte fait le tour de l'île

A Piton-Ste-Rose, Notre-Dame-des-Laves a été miraculeusement épargnée lors d’une coulée de laves en 1977.

Marmotte fait le tour de l'île

Jusqu’à St-Philippe la route traverse de nombreuses coulées de laves où la végétation a du mal à repartir.

Marmotte fait le tour de l'île

Nous arrivons dans le Sud, la côte devient escarpée et de plus en plus belle.

Marmotte fait le tour de l'île
Marmotte fait le tour de l'île

L'Anse des Cascades et sa forêt de filaos est l'une des plus belles promenades de bord de mer.

Marmotte fait le tour de l'île

L’océan de plus en plus méchant comme le lieu du même nom « Cap Méchant ».

Marmotte fait le tour de l'île

Saint-Pierre est la capitale du Sud… nous y étions le jour du décès de Nelson Mandela (d’où la photo).

Marmotte fait le tour de l'île

La végétation est de plus en plus exubérante lorsque nous nous rapprochons de la côte « sous le vent » (la côte ouest).

Marmotte fait le tour de l'île

Saint-Louis est le point de départ pour le cirque de Cilaos.

Marmotte fait le tour de l'île

Nous arrivons à Saint-Paul, principale ville de l’Ouest et la plus ancienne de l'île puisque c'est dans sa baie que se sont établis les premiers français au XVIIe siècle. Elle est célèbre par son marché du vendredi et son cimetière marin (avec les tombes de naufragés bretons, Leconte de Lisle et La Buse).

Marmotte fait le tour de l'île

Viennent ensuite, Le Port et La Possession avec leurs activités portuaires. C’est là où accoste le « Marion Dufresne » bien connu de ceux qui vont vers les îles Kerguelen et l'Antartique.

Marmotte fait le tour de l'île

Notre tour de l’île nous ramène à Saint-Denis par la route des Tamarins et ses ouvrages d'art exceptionnels. C'est le chef-lieu, ville où est né Roland Garros... avec son Barachois (promenade de bord de mer), ses belles demeures créoles (comme celle de la famille de Raymond Barre) et son Jardin de l’Etat… entre autres.

Marmotte fait le tour de l'île

A très bientôt pour prendre de la hauteur...

On dit que la beauté est une promesse de bonheur.

Marcel Proust

Repost 0
Publier par leterrierdemarmotte - dans Voyages
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 08:00

Tout au long de notre séjour nous avons appris à connaître de nombreuses autres espèces : le vacoa et son fruit le pimpin,

Marmotte découvre les plantes tropicales (suite)

le palmiste dont je vous reparlerai, le flamboyant qui porte si bien son nom à cette époque de l’année, le frangipanier, le manguier et le cocotier

Marmotte découvre les plantes tropicales (suite)

et ce ficus majestueux sur un rond-point du Port.

Marmotte découvre les plantes tropicales (suite)

Nous avons également découvert des fruits connus ou beaucoup moins: les physalis, les fruits de la passion, les jambrosades qui poussent dans les ravines, les margoses et d’autres dont je n’ai pas retenu le nom.

Marmotte découvre les plantes tropicales (suite)

Quelle surprise de voir des buissons de lantanas, des champs de fuchsias, des bégonias et des géraniums qui poussent comme des « herbes folles »,

Marmotte découvre les plantes tropicales (suite)

des hortensias à perte de vue le long de la route de La Plaine des Palmistes.

Marmotte découvre les plantes tropicales (suite)

Et que dire de ces plantes que nous ne connaissons qu’en intérieur en métropole : datura, bougainvillées et autres cactus.

Marmotte découvre les plantes tropicales (suite)

Quant aux orchidées, elles poussent presque sans soin dans le jardin de Laurent & Marie.

Marmotte découvre les plantes tropicales (suite)

La faham, cette orchidée endémique utilisée pour parfumer le rhum arrangé pousse en pleine nature.

Marmotte découvre les plantes tropicales (suite)

Quant à la vanille, si elle doit être fécondée par la main de l’homme pour nous offrir ses délicieuses gousses, on peut aussi la rencontrer à l’état sauvage.

Marmotte découvre les plantes tropicales (suite)

Je terminerai par un clin d’œil à Chantal Goya « Adieu les jolis foulards… ».

Marmotte découvre les plantes tropicales (suite)

Le bonheur est une bulle de savon qui change de couleur comme l'iris et qui éclate quand on la touche.

Honoré de Balzac

Repost 0
Publier par leterrierdemarmotte - dans Voyages
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 08:00

Suite au précédent message, voici enfin une série d’articles racontant un peu ce que Marmotte a découvert lors de son périple sur l’île de La Réunion.

Ce qui surprend tout de suite, surtout lorsqu’on vient de quitter Paris presque sous la neige, c’est la végétation exubérante.

Des palmiers à perte de vue

Marmotte découvre les plantes tropicales

et des champs de canne à sucre, surtout sur la côte est, à Saint-Benoît qui était notre destination.

Marmotte découvre les plantes tropicales

Dès le 1er après-midi, nous visitons la plantation Mélissa à St Benoît (Bras-Canot) où Geoffrey nous présente la flore locale.

Nous sommes accueillis par le magnifique Arbre du Voyageur dont la base des feuilles a la particularité de conserver l’eau ce qui permet au voyageur de se désaltérer…

Marmotte découvre les plantes tropicales

Ces « fleurs » que l’on trouve chez les fleuristes et qui ne sont en réalité que des bractées colorées poussent ici en plein champ.

Marmotte découvre les plantes tropicales

Des champs entiers d’ananas

Marmotte découvre les plantes tropicales

et de bananiers avec leur régime et le baba-figue .

Marmotte découvre les plantes tropicales

Nous découvrons également les papayes, le Ti-Jacque qui se mange aussi en cari et plusieurs autres arbres fruitiers dont j’ai oublié le nom.

Marmotte découvre les plantes tropicales

Mais notre plus belle découverte, c’est l’arbre à letchis (ou litchis) : un véritable cerisier dont nous nous régalerons chaque jour de notre séjour. Nous en ramènerons aussi dans nos bagages...

Marmotte découvre les plantes tropicales

A demain pour la suite...

Le vrai bonheur coûte peu, s'il est cher, il n'est pas d'une bonne espèce.

François René de Chateaubriand

Repost 0
Publier par leterrierdemarmotte - dans Voyages
commenter cet article

Présentation

  • : Le terrier de Marmotte
  • : Patchwork - broderie - décoration - cuisine - nature
  • Contact

Recherche

Catégories