Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2021 3 24 /03 /mars /2021 09:53

Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû m'éloigner de mon arbre...
Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû le quitter des yeux...

Georges Brassens chantait si bien ce refrain... il me rappelle notre grand chêne!

Auprès de mon arbre...

 

J'ai envie de le chanter moi aussi et surtout j'ai envie de vous conseiller de suivre son conseil.

Si vous aimez un arbre, une forêt, surveillez-les bien car du jour au lendemain ils pourraient disparaître. C'est ce que montrait l'émission de TV5, dimanche soir, Sur le front des forêts... une émission peut-être pas totalement objective et incomplète au niveau de la filière bois mais qui donne vraiment à réfléchir. Une fois de plus, on a l'impression de marcher sur la tête: pourquoi vendre le bois français à la Chine pour fabriquer des meubles qui nous reviendront et dans le même temps importer du bois du Brésil ?
 

En remplaçant nos chauffages au fioul par du bois, nous croyons "faire un geste pour la Planète" et en réalité nous contribuons à la destruction de l'un de nos poumons.

Je vous invite à lire (ou relire) cet article publié par Terres de bocage à ce sujet.

 

Il y a tout juste un an, Katell nous faisait part, elle aussi, de son désarroi face à la destruction de la forêt de Bouconne aux portes de Toulouse.

 

Ce matin, je n'ai qu'une envie: ressortir mes outils tissus pour planter coudre un arbre... voire une forêt Je vais certainement réutiliser les modèles des arbres que j'ai envoyés en Australie.

Auprès de mon arbre...
Auprès de mon arbre...
Auprès de mon arbre...

 

Des arbres, ce n'est pas ce qui manque dans mon Terrier. Souvenez-vous de ceux que j'ai plantés autour du lit de bébé de Tit'Marmotte.

 

Et pour égayer ma journée, ce matin, j'ai accroché au mur Ma sylvothérapie.

Auprès de mon arbre...

Le monde n'a pas besoin d'être gouverné: en fait, il ne devrait pas être gouverné, car le bon ordre résulte spontanément quand les choses sont laissées à leur cours.

Zhuangzi

Partager cet article
Repost0
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 05:51

Comment annoncer le printemps ?

Les hirondelles sont arrivées mais ne se manifestent pas encore beaucoup.

Les oiseaux chantent à tue-tête et préparent leurs nids plus ou moins discrètement.

La végétation reverdit et les fleurs parsèment les prairies.

Vive le printemps
Vive le printemps

C'est une de ces fleurs printanières

que je veux mettre à l'honneur cette année.

Début mars, nous avons fait une nouvelle sortie à Bougon pour revoir ce lieu découvert récemment. L'eau s'est retirée et les chemins sont un peu plus praticables sans les bottes. Les pélodytes sont encore bien présents au vu de leur chant toujours aussi caractéristique mais ils sont bien cachés.

Vive le printemps
Vive le printemps
Vive le printemps

Nous devinons les futures orchidées sauvages.

Vive le printemps

Les épines noires (pruneliers sauvages) commencent à fleurir dans les haies.

Vive le printemps

Au loin, les chevreuils broutent en toute liberté.

Vive le printemps

J'ai pu faire ma première photo de papillon de l'année.

Vive le printemps

Nous avions choisi cette période car nous savions y observer une plante qui affectionne particulièrement ce genre de milieu : la « pimpelotte » ou « papelotte ».

Vive le printemps

De son véritable nom « fritillaire pintade » (Fritillaria meleagris), elle se reconnaît facilement à ses grosses clochettes, à damiers virant du pourpre au mauve voire au blanc, tournées vers le sol. En général, une seule fleur par tige de 20 à 30 cm se balance au gré du vent.

Cette « tulipe sauvage » change d'appellation selon les endroits en fonction sans doute du patois local et des différentes régions de France.

Elle ne pousse que dans ces prairies naturelles humides qui n'ont jamais été labourées et souvent piétinées par les animaux ou le long des sentiers humides et boisés.

Vive le printemps

J'ai bien dit : « nous avons observé »

et non pas « nous avons cueilli ».

Autrefois, lorsque j'étais enfant, notre grand plaisir était de prendre notre vélo pour nous rendre à Saint-Maxire où nous savions trouver, toujours dans le même pré au bord de la Sèvre Niortaise, cette première fleur annonciatrice du printemps. Nous revenions, les bras chargés de « chaudrons » pour faire des bouquets qui ne duraient malheureusement que peu de temps.

Cette pratique est, de nos jours, totalement interdite car la fritillaire est devenue très rare. Elle est placée sur la liste rouge des espèces menacées du fait de la raréfaction de son habitat naturel.

 

L'association DSNE vous en parle mieux que moi.

Protégeons cette fleur fragile

et peut-être pourrions-nous nous en inspirer pour de futurs ouvrages?

 

Je vous offre ce modeste dessin réalisé à partir d'une photo.

Je vous offre ce modeste dessin réalisé à partir d'une photo.

Le paradis n'est pas un lieu, c'est un état d'âme.

Georges Barbarin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


 

 

Protégeons cette fleur fragile

et peut-être pourrions-nous nous en inspirer pour de futurs ouvrages?

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mars 2021 5 05 /03 /mars /2021 11:57

Il y a longtemps que Marmotte n'a pas parlé cuisine!

Hier soir pas beaucoup d'inspiration, frigo un peu vide et réserve de légumes de saison au plus bas... mais il y a toujours quelques pâtes, le congélateur et les conserves. La famille Marmotte ne risque pas de mourir de faim même en auto confinement volontaire.

Une soudaine envie de lasagnes...

peut-être inspirée par Mr Marmotte qui prépare ses lasagnes au jardin...

mais pas avec la traditionnelle bolognaise.

Cuisine créative
Cuisine créative
Cuisine créative
Cuisine créative
Cuisine créative

Pour une fois, je délaisse un peu Cooking Julia au profit de Marmiton. Je découvre une recette de lasagnes provençales bien appétissantes mais pas vraiment de saison... quoi que... un bocal de courgettes/tomates maison pourrait bien remplacer les légumes méditerranéens.

Le gorgonzola n'est pas un fromage que nous consommons régulièrement, par contre, il me reste un morceau de fourme d'Ambert. Pourquoi ne pas essayer?

Quant au pesto vert... pas de souci... j'ai du pesto de persil qui devrait remplacer avantageusement le traditionnel pesto basilic.

Il ne reste qu'à monter les différentes couches et recouvrir de pesto jaune dont la douceur sera aussi agréable qu'une sauce tomate, saupoudrer de parmesan et cuire au four avant de déguster avec une salade frisée du jardin.

Cuisine créative

Mes convives se sont régalés avec ces produits simples.

À part les pâtes et le fromage tout est fait maison... avec amour de surcroît!

Manger moins mais manger mieux...

cela me ramène tout "naturellement" au blog de La ruche des quilteuses de ce jour. Avec son magnifique patch "Réenchanter le monde", Katell décrit avec brio ce que je pense tout bas… et cet article réenchante si bien tout ce que j’ai pu écrire dernièrement.

Que dire de son quilt qui illustre à merveille ces paysages de bocage où je me sens tellement bien!

Que dire de son quilt qui illustre à merveille ces paysages de bocage où je me sens tellement bien!

Je terminerai en souhaitant la bienvenue

aux trois personnes qui viennent de rejoindre les visiteurs de mon Terrier

et en remerciant tous ceux qui apprécient ce que j'écris.

Donnez à ceux que vous aimez des ailes pour voler, des racines pour revenir et des raisons de rester.

Dalaï Lama

 

 

 


 

 

Partager cet article
Repost0
28 février 2021 7 28 /02 /février /2021 10:16

Je pensais que ma série d'articles sur la biodiversité était close

mais en lisant la une d'un journal local, hier, je ne peux qu'ajouter un rappel.

Des lauriers pour des haies

 

 

Je vous ai déjà parlé des "Frères Braco" à plusieurs reprises, aujourd'hui c'est leur maman qui est à l'honneur. Hélène est une femme qui se bat pour préserver la nature qui permet à sa famille de vivre.

Des lauriers pour des haies

 

Son combat, elle l'avait déjà expliqué ici et .

Si seulement les paysans actuels pouvaient adopter sa façon de travailler qu'elle résume si bien.

Quand on est arrivé, on a décidé d’adapter notre production aux possibilités de cette installation et à son environnement. On n’a pas cherché à adapter l’environnement à nos ambitions.

Hélène Braconnier

Aujourd'hui elle lance un appel... sera-t-il entendu?

 

Moi, petite paysanne de Gâtine, engage tous les citoyens à entrer en lutte pour défendre chaque petit morceau de nature sur terre, en mer et dans l’air...

Hélène Braconnier

 

 

Souhaitons longue vie à ce GAEC des Trognes!

 

Égoïstement, nous avons envie de continuer à savourer, chaque semaine, les délicieux fromages de chèvres qu'Audrey vend au petit marché de Soudan.

 

Je profite également de ce nouvel article pour vous inviter à visiter le jardin éphémère de la place de l'hôtel de ville de Châlons-en-Champagne, exposition relatée par Launisa, brodeuse et fidèle visiteuse du Terrier.

Image empruntée à Launisa

Image empruntée à Launisa

Des lauriers pour des haies

Personne d'autre que vous ne peut vous donner votre liberté.

Byron Katie

Partager cet article
Repost0
26 février 2021 5 26 /02 /février /2021 05:19

Tout d'abord,

une partie de ma bibliothèque

dans laquelle j'ai trouvé l'inspiration des articles précédents.

 

 

Tout est parti de ce livre

Tout est parti de ce livre

Indispensable pour comprendre le bocage

Indispensable pour comprendre le bocage

Le livre qui a inspiré Mr Marmotte

Le livre qui a inspiré Mr Marmotte

Mr Marmotte aurait été fier d'y voir figurer son grand châgne

Mr Marmotte aurait été fier d'y voir figurer son grand châgne

Bibliographie
Bibliographie
Et de nombreux autres livres d'Ernest Pérochon

Et de nombreux autres livres d'Ernest Pérochon

Bibliographie
Bibliographie
Bibliographie
Bibliographie
Celui qui nous tient à coeur

Celui qui nous tient à coeur

Je ne l'ai pas encore lu... suggestion de Katell

Je ne l'ai pas encore lu... suggestion de Katell

Un livre pour enfants... suggestion de Marie-Claire

Un livre pour enfants... suggestion de Marie-Claire

Un 2e livre pour enfants que Tit'Marmotte a beaucoup aimé.

Un 2e livre pour enfants que Tit'Marmotte a beaucoup aimé.

Encore un livre pour enfants... avec la conclusion qui ressemble à celle du grand châgne.
Encore un livre pour enfants... avec la conclusion qui ressemble à celle du grand châgne.

Encore un livre pour enfants... avec la conclusion qui ressemble à celle du grand châgne.

Bien entendu, cette liste n'est pas exhaustive et reste très personnelle.

 

Quelques films aussi...

 

Incontournable... qui ne l'a pas vu?

Incontournable... qui ne l'a pas vu?

Bibliographie
Un vieux film de 1947

Un vieux film de 1947

Une émission télévisée à revoir en replay

Une émission télévisée à revoir en replay

 

J'aimerais aussi vous rappeler l'infolettre mensuelle du FIFO qui sort aujourd'hui comme tous les derniers vendredis du mois. L'édito de Catherine Levesque est toujours passionnant.

C'est le moment de vous y abonner si ce n'est déjà fait.

 

Bibliographie

 

Une autre infolettre en adéquation parfaite avec ce que j'essaie de transmettre, celle de l'association Prom'Haie.

 

Je ne peux pas clore cette liste sans nommer un site incontournable:

Terres de bocage.

Bibliographie

Je vous remercie sincèrement d'avoir lu ces articles jusqu'au bout. Cela prouve que nous nous intéressons à la biodiversité, nous nous inquiétons et nous prenons quelques mesures, bien dérisoires peut-être, mais plus nous serons nombreux plus nous aurons de chances d'inverser la situation ou au moins de l'améliorer afin de laisser un monde meilleur à nos petits-enfants.

On dit que le battement d'ailes d'un papillon peut engendrer un typhon à l'autre bout du monde.

Evan Treborn

Partager cet article
Repost0
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 05:06

Une fois n'est pas coutume,

je prête ma plume aujourd'hui à Mr Marmotte

qui apporte une conclusion aussi belle qu'inattendue

aux précédents articles sur la biodiversité.

On m'appelait « le grand chêne » ou « le châgne » en patois de Gâtine poitevine et pour Marmotte j'étais « le roi du Terrier ».

Le grand châgne

Depuis le 4 décembre 2020, je suis à terre. Les éléments naturels, pluie et vent, ont été les plus forts.

Le grand châgne

En 1898, quand le grand-père de mon actuel propriétaire a acheté la ferme, j’étais un bel arbre. Je ne me souviens plus de ma naissance mais je revois encore mon environnement si agréable. À mes pieds, une mare accueillante permettait aux animaux de s'abreuver. Tout autour s'étendaient des prairies naturelles où paissaient vaches, chèvres et moutons. Leurs bordures de haies d'arbustes épineux, tels que l'aubépine (épine blanche en gâtinais) et le prunellier épineux (épine noire), ponctuées d'arbres têtards servaient de refuge à de nombreux oiseaux et de nombreuses espèces vivantes.

J'ai traversé le XXe siècle avec ses périodes de guerre et ses Trente Glorieuses. J'ai connu la vie rurale et sa modernisation. J'ai résisté à deux Martin, à celui appelé « la tempête du siècle », le 27 décembre 1999, et l'année précédente à celui de l'entreprise d'emballage d'Augé. On avait voulu me vendre mais l'acheteur m'a laissé en place sans doute me trouvant trop vieux et sans valeur financière.

 

 

 


 

Toute ma vie, j'ai connu l'humidité et mes racines ont fini par m'abandonner, plus de montée de sève au printemps et plus de feuilles sur mes branches en été.

Le grand châgne

Par contre, mon ossature constituée d'un bois très dur et résistant est devenue le perchoir préféré de beaucoup d'oiseaux et tout particulièrement des tourterelles des bois, l'oiseau migrateur qui arrive chaque année en mai et repart en août.

Le grand châgne

Dans le même temps, j'ai subi l'attaque des pics et d'une micro faune se développant sous mon écorce.

Le grand châgne
Le grand châgne

 

Fiers de moi, mes propriétaires ont tenu à me garder en place. Ils m'ont admiré, photographié dans cet état pendant plus de 20 ans. J'ai même eu l'honneur de tenir un rôle dans un film documentaire « Tant qu'il y aura des tourterelles... ».

Maintenant, ma silhouette leur manque 

 

 

Le grand châgne

mais ils ont décidé de me laisser en place, couché et regardant le ciel. La biodiversité, s'il y en a encore dans les prochaines années, continuera son œuvre...

Le grand châgne

Et faute de descendance, ils m'ont cherché deux successeurs qu'ils ont plantés près de moi et que je pourrai voir grandir avant de disparaître définitivement.

Le grand châgne
Le grand châgne

Vous trouverez ici les photos de cette plantation de deux jeunes chênes trouvés dans le bois voisin.

Le détachement est la méthode, et qui connaît le détachement est Bouddha. Une fois que l'on est détaché de tout, on n'a pas d'autre réalité à trouver.

Huangbo Xiyun

Partager cet article
Repost0
24 février 2021 3 24 /02 /février /2021 11:25

Si j'en juge par les commentaires,

les articles Du bocage... à la haie interpellent les visiteurs de mon Terrier.

J'ai volontairement insisté sur la destruction des paysages et non sur les ravages sur la santé humaine pourtant liés.

Chacun en a conscience mais que faire?

Faut-il suivre ce que chantait déjà Michel Jonasz en 1975? "Changez tout"

 
Je veux aller où l'air est plus doux
Où la colombe vole en-dessous
Où le printemps entre un jour comme un fou
Vous saisit au revers
Au détour d'un chemin vert
Et vous dit
Ça va pas comme ça
Changez tout changez tout
Votre monde ne tient pas debout
Changez tout
Changez tout
Changez tout
Je veux aller dans l'après-midi
D'un jour où rien n'est interdit
Où le bonheur sans faire de comédie
Vous salue sans manières
Et vous parle à cœur ouvert
Et vous dit
Qu'est-ce que t'as bien fait
De changer tout changer tout
Pour une vie qui vaille le coup
Changez tout
Changez tout
Changez tout
Changez tout
Changez tout
Qu'est-ce que vous feriez sans nous
Après tout
Changez tout
Changez tout
Changez tout changez tout
Pour une vie qui vaille le coup
Changez tout
Changez tout changez tout!
Source : LyricFind
Paroliers : Pierre Grosz / Michel Jonasz
Paroles de Changez tout © Warner Chappell Music France

Heureusement,

un certain nombre d'initiatives se mettent en place.

 

L'Office français de la biodiversité (OFB) a placé l'année 2021 sous le signe de "l'année de la haie".

Depuis le début des années 2000, de plus en plus de personnes prennent conscience des méfaits causés. Les re-plantations de haies naturelles se multiplient... parfois pour se donner bonne conscience. Sous prétexte de montrer sa bonne volonté, une haie de thuyas est plantée pour masquer son habitation ou une haie naturelle re-plantée mais ne sera pas ou mal entretenue, voire exposée aux traitements phytosanitaires.

À gauche, la haie vive naturelle et à droite, la haie replantée depuis plusieurs années.
À gauche, la haie vive naturelle et à droite, la haie replantée depuis plusieurs années.

À gauche, la haie vive naturelle et à droite, la haie replantée depuis plusieurs années.

Dans le cadre du plan de relance, le Gouvernement met en place un budget important pour aider la plantation de 7000 km de haies d'ici fin 2022.

L'année de la haie


 

 

Mais ne faudrait-il pas convaincre tout un chacun de maintenir en place ce qui existe et surtout d'entretenir ces paysages?

Commençons par ne plus tondre ras chaque semaine.

Laissons un peu de place aux "mauvaises herbes".

Acceptons un trottoir quelque peu "enherbé"... et tant d'autres petits compromis.

 

L'année de la haie
L'année de la haie
L'année de la haie

Dans son livre "Sauvons la biodiversité", Catherine Levesque nous donne une multitude de clés faciles à adopter.

L'année de la haie

Heureusement,

il existe des citoyens responsables et respectueux de leur environnement

bien décidés à agir pour améliorer la situation

et ramener un peu de vie dans nos campagnes

même si cela demandera un peu de temps.

Il y a exactement un an, la famille Marmotte a été sollicitée par des voisins à se joindre à un chantier participatif de plantation d'un espace bocager sur un terrain que les propriétaires souhaitaient voir revenir en nature férale. Les arbres et arbustes ont été choisis en fonction de la nature du terrain et selon les espèces locales : aubépine, cornouiller, noisetier, viorne, chênes, etc.). C'est l'association locale Prom'haies qui a fourni les plants.

L'année de la haie

Le terrain a été préparé avec soin et chaque plant bien praliné avant sa plantation, tuteuré et protégé.

L'année de la haie
L'année de la haie
L'année de la haie
L'année de la haie

Petits et grands ont participé, les plus avertis conseillant les novices.

L'année de la haie

Un an après, lors de notre balade au Puits d'Enfer tout proche, nous sommes venus voir ce que devenait notre plantation. Quelques arbustes n'ont pas survécu mais ont été aussitôt remplacés.

Certains montrent les premiers signes de vie.
Certains montrent les premiers signes de vie.

Certains montrent les premiers signes de vie.

Dans quelques années, les enfants de la famille seront fiers de se promener avec leurs propres descendants dans ce taillis, d'écouter les mélodies des oiseaux, d'admirer papillons et autres insectes, de découvrir de petits rongeurs et d'imaginer tout ce qui grouille sous leurs pieds.

L'année de la haie

Plus récemment, Marmotton a été sollicité par les "frères Braco", de jeunes agriculteurs qui savent adapter leur productivité à la terre qui les accueille et non l'inverse. Ils n'hésitent pas à « se battre » pour re-planter quelque 230 m de haie. Ce fut l'occasion de faire participer les enfants de l'école maternelle locale et leur faire prendre conscience de l'importance de cette action.

L'année de la haie

Je vous invite à découvrir l'article très intéressant de Pierre Grillet à ce sujet.

N'hésitez pas à "feuilleter" ce site!

Tout le monde ne peut pas planter une haie autour de son terrain... quand il en a un... mais chaque consommateur peut agir en adaptant ses achats, en privilégiant par exemple les produits locaux issus de l'agriculture responsable.

En s'arrêtant, en se mettant à l'écoute de son ressenti, on prend le chemin de l'apaisement. Ce n'est pas un chemin facile, mais il porte au-delà de notre propre paix, pour soi et pour tous.

Pema Chödrön

Partager cet article
Repost0
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 05:06

Vous avez apprécié l'article sur le bocage,

je vous propose de poursuivre avec l'élément essentiel qu'est la haie.

Une haie est une structure végétale linéaire associant arbres, arbustes et arbrisseaux (fruticée), sous-arbrisseaux et autres plantes indigènes qui poussent librement, ou sont entretenus pour former une clôture entourant une unité foncière, ou pour constituer un abri à une faune locale et une flore spécifique formant un biotope particulier.

Wikipédia

Les haies sont avant tout des brise-vent pour les cultures ou pour les animaux et protègent également de la pollution due au trafic routier ou à l'épandage de pesticides mais préservent aussi l'intimité des humains.

... à la haie

Elles sont un frein considérable à l'érosion des sols et au ruissellement.

... à la haie

Elles purifient l'eau et en absorbant du carbone, elles participent à la lutte contre le réchauffement climatique.

... à la haie

Autrefois, elles fournissaient une quantité de bois non négligeable lors des tailles.

... à la haie

 

 

 

 

Si les oiseaux, les serpents, voire les papillons sont bien visibles on ignore que les haies sont le refuge d'une faune insoupçonnée et qu'elles abritent nombre de pollinisateurs mais aussi des micro-organismes décomposeurs et des insectes qui luttent contre les ravageurs. La nourriture trouvée dans une haie ne sera pas prélevée sur la culture avoisinante.

... à la haie

Les paysans avaient compris qu'avec ce réseau de prairies, haies, talus, mares et fossés, ils contribuaient à la protection des sols et des cultures. Sans doute ignoraient-ils qu'ils mettaient en place de véritables îlots de biodiversité. Ils entretenaient régulièrement les prairies, les haies, les talus et curaient les fossés et les mares. Ce sont ces travaux qui nous valent aujourd'hui ces vénérables têtards, appelés aussi trognes, le long de quelques chemins creux qui font le bonheur des randonneurs mais sont surtout des havres pour toute une faune.

... à la haie

Le lien avec le patchwork est bien ténu aussi je remercie Katell qui m'a fourni une photo des affiches des « Quilts festivals » en Irlande qui illustre bien notre paysage de bocage entouré de haies... et ce chemin tortueux qui relie les quilteuses.

 

 

peintre : Barrie McGuire

peintre : Barrie McGuire

Que penser également de ce tableau de Valériane Leblond?

Ce petit oiseau ne semble-t-il pas heureux dans son bocage?

Il ne sait quelle haie choisir pour construire son nid...

... à la haie

Malheureusement, ces haies tout le monde en constate la disparition ou le mauvais traitement.

Après la 2e guerre mondiale, l'arrivée de la mécanisation et le remembrement qui a suivi ont causé la destruction de ces paysages bocagers. Depuis 1950, 70 % des haies ont disparu.

Ce paysage de notre enfance est écologiquement équilibré. Il respecte toute une petite vie grouillante, des chemins, des barrières naturelles...L'industrialisation de l'agriculture, je l'ai vécue dans ma famille dans les années 1970, c'était comme la poule aux œufs d'or. C'était aussi, pour ces personnes méprisées par le reste de la population (les bouseux, disait-on alors), une revanche de respectabilité. Mon oncle disait qu'il devenait ainsi un acteur du progrès de la France, en agrandissant ses champs, en achetant des machines sophistiquées, en utilisant des engrais chimiques. 50 ans plus tard, nous savons que ce n'était pas la panacée, tant de terres sont devenues des supports quasi-inertes. Et 40% des terres sont consacrées à la nourriture animale, n'est-ce pas un sacré gâchis ?

Katell

Même si certaines haies ont été maintenues, leur entretien a été négligé. Aujourd'hui, les agriculteurs ont perdu l'habitude de tailler les arbres ou alors il les massacrent en les coupant mécaniquement. Les fossés ne sont plus curés et les mares souvent comblées.

Et voici le résultat!
Et voici le résultat!

Et voici le résultat!

Dans notre Gâtine Poitevine, certains exploitants pensent pouvoir transformer ce paysage de bocage en plaine céréalière afin de produire toujours davantage dans le but de « nourrir la planète ».

Le terrain est-il adapté aux pratiques?

Le terrain est-il adapté aux pratiques?

Certaines municipalités n'hésitent pas à acheter des terrains agricoles pour y implanter centres commerciaux ou piscine alors que le centre ville se meurt et qu'une friche commerciale ou industrielle près d'un grand parking existant ne demande qu'à être réhabilitée.

Mais ces pratiques destructrices commencent à faire réagir.

Vous voulez en savoir davantage?

Rendez-vous demain.

Donne un poisson à un homme, tu le nourris pour un jour. Apprends-lui à pêcher, tu le nourris pour toujours.

Lao Tseu

Partager cet article
Repost0
22 février 2021 1 22 /02 /février /2021 05:53

Née dans la plaine niortaise,

en arrivant en Charente je trouvais les paysages « montagneux »…

un bien grand mot pour ces belles collines de Charente limousine !

qui en a fait rire plus d’un (e).

 

Depuis que je vis dans mon nouveau terrier, même si je regrette ma vie charentaise, j’ai découvert un nouvel environnement que je me surprends à apprécier chaque jour davantage et au sein duquel je me sens de mieux en mieux.

J’ai fini par comprendre que c’est ce paysage de bocage de Gâtine Poitevine qui me procure cette sensation de bien-être.

 

Du bocage...

Pourquoi ?

Avec la forêt, le bocage est sans aucun doute un des milieux naturels les plus hospitaliers.

« Naturel » n'est pas tout à fait le terme approprié puisque le bocage a été entièrement façonné par l'homme.

Bocage : nom masculin (de bosc, de l'ancien français bos, bois). Assemblage de parcelles (champs ou prairies), de formes irrégulières et de dimensions inégales, limitées et closes par des haies vives bordant des chemins creux. (Autrefois dominant dans l'ouest de la France, il y a reculé avec l'extension du remembrement.)

Larousse

Bocage: Type de paysage caractéristique de l’ouest de la France, formés de prés enclos par des levées de terre plantées d’arbres.

Petit Robert

Alors que les paysages gaulois n'étaient que forêts ou openfields, c'est au Moyen Âge et surtout après la Guerre de Cent Ans que sont apparus les premiers bocages suite au défrichement des terres afin d'y installer pâturages et cultures. Ce développement se prolongera jusqu'au XVIIIe siècle puis périclitera avec l'arrivée de la mécanisation et le remembrement qui en a découlé au lendemain de la 2e guerre mondiale.

Images empruntées à Mainate TV
Images empruntées à Mainate TV

Images empruntées à Mainate TV

Ce sont les seigneurs qui détenaient les propriétés et demandaient aux paysans de clore le terrain qu'ils pouvaient exploiter. Ils ont, pour cela, creusé des mares et des fossés et planté des haies vives surmontées d'arbres tout autour, d'abord pour éviter que leur troupeau ne se sauve et pour leur assurer le bien-être apporté par l'ombre et par l'eau. Dans certains cas, les fruitiers de ces haies apportaient également un complément de nourriture. Les habitations étaient reliées entre elles par des chemins creux, véritables labyrinthes qui, dans certaines régions comme la Vendée, furent très utiles aux Chouans qui y trouvaient refuge.

Du bocage...
Du bocage...
Du bocage...
Du bocage...
Du bocage...

Les exploitants de petites métairies étaient autorisés à prélever le bois de taille alors que les propriétaires se réservaient celui des grands arbres, d'où la naissance des têtards.

Du bocage...

L'élément essentiel du bocage est très certainement la haie.

Pour quelles raisons ?

 

Je vous donne rendez-vous demain pour le découvrir.

Je vous invite aussi à lire cet article du Dr Louis Merle sur les origines et l'évolution du bocage de Gâtine Poitevine.

Ceci est le véritable secret de la vie: être complètement engagé avec ce que vous faites dans l'ici et maintenant. Et, au lieu d'appeler cela "travailler", réaliser que c'est jouer.

Alan Watts

Partager cet article
Repost0
18 février 2021 4 18 /02 /février /2021 11:25

Après plusieurs articles sur le patchwork

et en attendant que mes tops soient quiltés,

je vous propose une petite série "Nature".

Je sais que la plupart des visiteurs du Terrier sont sensibles également à ce sujet. Il suffit de lire les nombreux commentaires à l'article précédent. Je tiens d'ailleurs à remercier toutes les personnes qui ont admiré mes photos givrées.

 

 

Aujourd'hui, je vous présente un livre qui vient de sortir aux éditions Delachaux et Niestlé en ce début d'année: "Sauvons la biodiversité".

Sauvons la biodiversité

L'auteure, Catherine Lévesque, est aussi la rédactrice de l'infolettre du FIFO.

Certains d'entre-vous la connaissent peut-être par ses éditos et ses articles toujours pertinents. Je vous invite à lire l'interview à laquelle elle s'était prêtée pour l'infolettre de décembre 2019.

Vous pouvez également écouter celle qu'elle a accordée à France Bleu Auvergne dans l'émission H2O.

C'est la une du Monde, le 21 mars 2018, "pourquoi les oiseaux disparaissent" puis la démission de Nicolas Hulot cette même année qui l'ont amenée à écrire ce livre.

  • Un livre qui s'adresse au grand public parce que celui-ci ne sait pas toujours quoi faire pour préserver la nature.
  • Un livre pédagogique pour les enseignants et les étudiants comme Catherine aurait aimé en trouver un lorsqu'elle a commencé à s'intéresser à la nature.
Sauvons la biodiversité

Si Catherine relate les grands problèmes bien connus de tous, elle donne aussi son avis personnel et surtout elle propose des pistes pour agir, chacun à son niveau. Que ce soit en s'engageant dans les "Actions ONG", en suivant "Le bon exemple" ou en agissant "Concrètement, on fait quoi?", chacun peut apporter sa part.

Sauvons la biodiversité

L'année 2020 et l'arrivée du virus lui donnent l'occasion de démontrer que "cette pandémie résulte d'une convergence des pressions humaines sur la biodiversité". Elle nous rappelle aussi qu'il existe bon nombre de fléaux qui tuent encore davantage, ne serait-ce que la pollution de l'air, les pesticides, etc.

Mais Catherine reste optimiste et parle aussi des espoirs qui sont permis et surtout elle émaille ses propos d'humour et a fait appel à Red, illustrateur humoristique. Ses dessins naïfs illuminent chaque page.

Sauvons la biodiversité
Sauvons la biodiversité
Sauvons la biodiversité
Sauvons la biodiversité
Sauvons la biodiversité

Catherine ne pouvait refermer son livre sans remercier son professeur de biologie qui fut à l'origine de son éveil à la nature.

 

Ces rencontres sont tellement importantes!

 

Si la lecture de ce modeste article et surtout celle du livre "Sauvons la biodiversité" pouvait faire éclore la plus petite graine de biodiversité chez l'un des visiteurs du Terrier, je serais la plus heureuse des marmottes.

 

 

 

 

 

 

Ne découvre de nouvelles terres que celui qui sait quitter le rivage.

André Gide

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le terrier de Marmotte
  • : Patchwork - broderie - décoration - cuisine - nature
  • Contact

Recherche

Catégories