Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2021 2 30 /11 /novembre /2021 05:19

Vous avez apprécié la découverte de la lacto-fermentation.

Je vais essayer de transmettre ce que j'ai compris.

 

Contrairement à mes habitudes, cet article est très long mais j'aimerais que vous le lisiez jusqu'au bout.

Je tiens à remercier Marie-Claire Frédéric qui me fait confiance en me permettant de publier cet article et en m'autorisant à utiliser quelques-unes de ses photos.

J'ai pris connaissance de l'autre blog de Marie-Claire Ni cru ni cuit pour me documenter un peu à propos de cette technique toute nouvelle pour moi.

Timidement, j'ai commencé par tester la fermentation peut-être la plus connue, la choucroute.

J'ai également essayé les betteraves puis les carottes suries à l'orange.

Mes premiers bocaux.

Mes premiers bocaux.

Nous avons dégusté les betteraves comme des crudités pour agrémenter des salades composées. Quant aux carottes, j'ai suivi la recette des Joues de porc mijotées aux carottes suries à l'orange... un vrai délice !

Photo empruntée au blog Ni cru ni cuit

Photo empruntée au blog Ni cru ni cuit

J'aurais aimé participer à un stage proposé par Marie-Claire

mais un déplacement à Paris en ce moment n'est pas à l'ordre du jour.

Convaincue par tous ces avantages, tant au point de vue pratique que bénéfique pour la santé, cette année j'ai testé davantage de légumes : céleri, chou rouge, chou-fleur, navet, radis noir, etc.

 

Quelques-unes des conserves de cette année.

Quelques-unes des conserves de cette année.

Outre l'aspect esthétique,

j'apprécie le côté pratique, beaucoup plus rapide

et sans utiliser l'énergie.

Les étagères de mon armoire à conserves changent d'aspect...
Les étagères de mon armoire à conserves changent d'aspect...
Les étagères de mon armoire à conserves changent d'aspect...

Les étagères de mon armoire à conserves changent d'aspect...

Le matériel est réduit au minimum : un bon couteau, une râpe ou une mandoline et des bocaux en verre. Quant aux ingrédients, ils se limitent au sel marin le plus naturel possible et une bonne eau de source.

Marmotte et la lacto-fermentation (2)

Marie-Claire Frédéric donne d'excellents conseils dans son blog mais elle a aussi publié plusieurs livres dans lesquels elle rappelle l'origine de cette méthode ancestrale.

Son livre de base sans doute... que je vais commander au Pèe-Noël.

Son livre de base sans doute... que je vais commander au Pèe-Noël.

La fermentation est utilisée depuis la nuit des temps et a sauvé de la famine de nombreuses populations.

Les chasseurs-cueilleurs du Paléothique faisaient déjà de la fermentation sans le savoir. En effet, ils conservaient de la nourriture dans des fosses ou dans des outres faites avec l'estomac d'un animal.

N'oublions pas que le réfrigérateur n'existe que depuis peu de temps et pourtant il fallait bien conserver les produits du jardin pendant toute l'année.

Elle présente très bien tous les bienfaits de cette méthode au point de vue santé.

Alors que nous avons tendance à vivre dans un monde aseptisé, nous avons oublié que microbes et bactéries sont indispensables à la vie.

 

Nous avons oublié que sans les micro-organismes (les microbes, autrement dit), nous ne serions pas en vie, que sans eux toute vie tout disparaîtrait, et que c'est en les côtoyant (et en les ingurgitant)tous autant qu'ils sont que se forme notre système immunitaire.

Je vous invite à lire cet article de Marie-Claire qu'elle aurait pu intituler, comme elle le dit elle-même: Le Salers de la peur. Il démontre tout à fait l'absurdité de certains « principes de précaution » si à la mode aujourd'hui.

 

Encore une photo empruntée au blog de Marie-Claire

Encore une photo empruntée au blog de Marie-Claire

Sans virus, l'Homme ne serait pas apparu sur Terre !

À l'heure où l'un d'eux perturbe grandement nos habitudes de vie, nous avons quelque peu oublié comment nous protéger simplement en renforçant nos défenses immunitaires.

Ces bocaux ne vous font-ils pas envie? (photo empruntée à Marie-Claire)

Ces bocaux ne vous font-ils pas envie? (photo empruntée à Marie-Claire)

 

La lacto-fermentation serait-elle un atout dans cette lutte ?

Ce processus permet le développement des probiotiques si utiles pour notre flore intestinale.

Je viens de m'offrir le dernier livre de Marie-Claire Frédéric.

Le parcourir m'a permis de mieux comprendre le processus de la fermentation et les règles à respecter pour sa réussite.

Marmotte et la lacto-fermentation (2)

 

Que se passe-t-il lors de la lacto-fermentation ?

Les légumes entassés dans les bocaux sont recouverts de bactéries, levures ou moisissures. Au contact du peu d'oxygène présent dans le bocal, ces micro-organismes, bons ou mauvais, vont se multiplier. Une fois l'oxygène consommé, ils vont secréter des enzymes qui transforment la matière des légumes en provoquant des réactions chimiques favorables à la conservation.Il n'est pas rare d'entendre des sifflements dus au gaz carbonique qui chasse l'air. C'est surtout la formation de l'acide lactique qui, par son acidité, va tuer tous les micro-organismes néfastes.

Dans ce livre, Marie-Claire explique aussi comment procéder

mais surtout comment utiliser ces conserves d'un autre genre

et c'est tout à fait ce que je recherche !

Suri de carottes à l'orange et choucroute de poireaux.
Suri de carottes à l'orange et choucroute de poireaux.

Suri de carottes à l'orange et choucroute de poireaux.

 

 

Si vous voulez en savoir davantage, je vous invite à consulter les blogs cités dans ces deux articles. Vous pouvez également acheter un ou plusieurs des livres publiés par Marie-Claire. Mais mon conseil le plus évident, si vous le pouvez, osez pousser la porte du restaurant Suri.

L'un de ces gestes vous réjouira mais aidera aussi Marie-Claire et son équipe à poursuivre leur tâche. La situation actuelle met en péril les restaurants et en particulier celui-ci.

 

Imaginez-vous le nombre d'heures passées

à préparer tous ces ingrédients puis à les cuisiner et à les servir?

Imaginez-vous le nombre d'heures passées

à concocter un article pour un blog sans publicité et très pédagogique?

Imaginez-vous le nombre d'heures passées

à répondre aux questions des lecteurs?

Imaginez-vous le nombre d'heures passées

à transmettre gracieusement son savoir?

Imaginez-vous le nombre d'heures passées

à faire de belles photos pour mettre en valeur ces aliments?

Imaginez-vous le nombre d'heures passées

à rédiger un, voire plusieurs livres?

 

Depuis des années, Marie-Claire Frédéric ne compte plus son temps. Elle donne généreusement ses conseils. Avec l'équipe du restaurant, elle met un point d'honneur à satisfaire ses convives. Mais aujourd'hui elle est à la veille de tout arrêter faute de moyens. Pour éviter d'en arriver là, elle s'est résolue à demander de l'aide par l'intermédiaire d'une cagnotte en ligne. Quelque 700 donateurs se sont déjà mobilisés. Il ne reste plus qu'une quinzaine de jours avant l'échéance fatale.

 

 

L'équipe du restaurant Suri

L'équipe du restaurant Suri

Si vous le pouvez, à votre tour, faites un petit geste.

Je vous en remercie d'avance.

Clic!

On n'est jamais aussi heureux que dans le bonheur qu'on donne. Donner, c'est recevoir.

Abbé Pierre

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2021 1 29 /11 /novembre /2021 09:02

Marmotte n'abandonne pas le patch pour se mettre à la cuisine

mais c'est une autre de ses passions

souvent partagée par les quilteuses.

Aujourd'hui, je dédie plus particulièrement cet article à mon amie diététicienne et avec qui j'ai eu le privilège, en 2019, de tester un restaurant d'un tout autre genre : Suri, rue Réaumur (près de la Bourse) à Paris.

Marmotte et la lacto-fermentation

J'avais découvert cette adresse en parcourant le premier blog de sa propriétaire Du miel et du sel.

Le nom « suri » est synonyme de lacto-fermenté. C'est le participe passé du verbe surir (devenir aigre suite à une fermentation). On le retrouve dans les harengs saurs.

 

Coïncidence, Marie-Claire Frédéric, journaliste culinaire, est originaire de Ménigoute (pays du Fifo dont je parle souvent) mais je n'avais jamais eu l'occasion de la rencontrer.

En lisant avec attention ses recettes et surtout ses conseils avisés, j'ai découvert la lacto-fermentation mais, comme beaucoup, le terme « lacto » me faisait fuir alors que j'ai appris depuis qu'il n'est nullement question de lait mais de l'acide lactique.

On nomme ainsi cette fermentation parce que la substance principale produite par les micro-organismes est l'acide lactique. Or, cet acide la été observé la première fois dans du lait par le chimiste suédois Karl Wilhelm Scheele au XIIIe siècle, d'où son nom.

Le terme « fermentation » n'est pas plus engageant. Et pourtant, qui n'a jamais mangé d'aliments fermentés ?

Pain, yaourts, fromages, charcuterie, vin, bière, choucroute, cornichons, vinaigre, café, thé et même le chocolat sont des aliments fermentés, même si le processus n'est pas toujours identique.

Alors, comment un restaurant peut-il offrir en majorité ce genre de plats ?

Notre cuisine est basée sur les aliments et les boissons naturellement fermentés. Nous utilisons des techniques ancestrales qui donnent une multitude de saveurs à nos plats. La fermentation est aussi réputée pour rehausser les qualités nutritionnelles des aliments.

Nos entrées, plats, desserts, sont cuisinés sur place avec des produits frais, bio et au maximum en circuit court. Venez aussi goûter nos boissons maison sans alcool : kéfir de fruit ou de lait, kombucha…

La curiosité fut la plus forte et, de passage dans le quartier du Marais à l'heure de la pause déjeuner, nous avons osé franchir la porte et commander une assiette dégustation.

Photo empruntée au site du Suri

Photo empruntée au site du Suri

Ce fut une révélation ; des produits goûteux qui se savourent avec plaisir et qui se digèrent très bien. La diététicienne a été convaincue du bienfait de ces préparations et m'a amenée à imaginer un nouveau mode de conservation de tous les légumes bio que me livre mon jardinier préféré de la façon la plus naturelle, la moins énergivore et surtout la plus sûre.

 

Si vous voulez en savoir davantage sur cette méthode,

je vous donne rendez-vous demain.


 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2021 1 22 /11 /novembre /2021 04:32

Hier, je vous parlais de nos escapades gourmandes...

mais Marmotte a aussi beaucoup de plaisir à cuisiner elle-même.

Là encore, je vais me répéter, ce sont très souvent les recettes de Cooking Julia qui m'inspirent.

Dernièrement, je cherchais à cuisiner du poisson, ce qui n'est pas ce que je préfère et dans la liste des ingrédients de base de Julia il n'y a que cabillaud et saumon. Je choisis donc le premier et je fais défiler les recettes dans lequel il est utilisé. Toujours curieuse de découvrir de nouvelles saveurs, je suis vite attirée par l'une d'elles: Cabillaud aux carottes, sauce chermoula.

Que peut-il se cacher dans cette sauce au nom un peu « exotique » ?

Ce qui me plaît chez Julia, c'est qu'elle explique toujours où et comment elle a trouvé cette recette et les provenances de certains ingrédients ou certaines préparations, comme ici, la sauce chermoula d'origine algérienne, ce que j'ignorais totalement.

La chermoula est une marinade très utilisée au Maghreb, surtout pour le poisson. Il en existe de nombreuses variantes selon les pays et les régions. Ail, paprika, cumin, huile d'olive, coriandre, jus de citron, persil font partie des ingrédients qui peuvent entrer dans sa composition. Ici associée à la tomate et aux carottes, elle est délicieuse et parfume très agréablement le poisson.

Cooking Julia

Vérification faite, je possède tous les ingrédients nécessaires.

Il suffit de s'y mettre.

Les petits plats dans les grands (2)
Les petits plats dans les grands (2)

C'est alors que me vient une idée qui pourrait paraître saugrenue mais j'aime bien tenter des expériences. Je reste sur cette idée de plat « exotique » et je décide d'y ajouter un autre légume juste récolté.

Les petits plats dans les grands (2)

Je vous laisse deviner quelle est cette touche originale.

 

Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as.

Proverbe zen

Partager cet article
Repost0
5 mars 2021 5 05 /03 /mars /2021 11:57

Il y a longtemps que Marmotte n'a pas parlé cuisine!

Hier soir pas beaucoup d'inspiration, frigo un peu vide et réserve de légumes de saison au plus bas... mais il y a toujours quelques pâtes, le congélateur et les conserves. La famille Marmotte ne risque pas de mourir de faim même en auto confinement volontaire.

Une soudaine envie de lasagnes...

peut-être inspirée par Mr Marmotte qui prépare ses lasagnes au jardin...

mais pas avec la traditionnelle bolognaise.

Cuisine créative
Cuisine créative
Cuisine créative
Cuisine créative
Cuisine créative

Pour une fois, je délaisse un peu Cooking Julia au profit de Marmiton. Je découvre une recette de lasagnes provençales bien appétissantes mais pas vraiment de saison... quoi que... un bocal de courgettes/tomates maison pourrait bien remplacer les légumes méditerranéens.

Le gorgonzola n'est pas un fromage que nous consommons régulièrement, par contre, il me reste un morceau de fourme d'Ambert. Pourquoi ne pas essayer?

Quant au pesto vert... pas de souci... j'ai du pesto de persil qui devrait remplacer avantageusement le traditionnel pesto basilic.

Il ne reste qu'à monter les différentes couches et recouvrir de pesto jaune dont la douceur sera aussi agréable qu'une sauce tomate, saupoudrer de parmesan et cuire au four avant de déguster avec une salade frisée du jardin.

Cuisine créative

Mes convives se sont régalés avec ces produits simples.

À part les pâtes et le fromage tout est fait maison... avec amour de surcroît!

Manger moins mais manger mieux...

cela me ramène tout "naturellement" au blog de La ruche des quilteuses de ce jour. Avec son magnifique patch "Réenchanter le monde", Katell décrit avec brio ce que je pense tout bas… et cet article réenchante si bien tout ce que j’ai pu écrire dernièrement.

Que dire de son quilt qui illustre à merveille ces paysages de bocage où je me sens tellement bien!

Que dire de son quilt qui illustre à merveille ces paysages de bocage où je me sens tellement bien!

Je terminerai en souhaitant la bienvenue

aux trois personnes qui viennent de rejoindre les visiteurs de mon Terrier

et en remerciant tous ceux qui apprécient ce que j'écris.

Donnez à ceux que vous aimez des ailes pour voler, des racines pour revenir et des raisons de rester.

Dalaï Lama

 

 

 


 

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2021 2 02 /02 /février /2021 09:15

Je n'avais pas prévu un article aujourd'hui mais en me promenant chez Verveine et lin je ne peux que vous faire partager son article du jour.

 

 

La marmotte que je suis ignorait complètement cette tradition:

 

Selon la tradition, la marmotte sort de son hibernation le jour de la Chandeleur : si le ciel est clair, et qu’elle voit son ombre, elle retourne se coucher jusqu’au printemps. Si le temps est nuageux, c’est le signe que le reste de l’hiver sera doux.

Verveine & lin

Je vous laisse admirer tous ses ouvrages toujours aussi sympas et en particulier ce petit coussinet et je vous adresse une demande. Si, par hasard, quelqu'un en connaît l'origine (puisque Muriel ne sait plus où elle l'a trouvé), je serais heureuse que vous m'en fassiez part.
 

Vive la chandeleur

Pour la chandeleur, Marmotte ne connaît qu'une seule tradition: les crêpes!

 

Je vais donc, de ce pas, préparer la pâte.

Le seul esprit libre et indépendant est celui qui ne se soucie pas des conséquences quand il a la certitude d'avoir été fidèle à ses valeurs.

Laurent Martinez

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 05:50

"Dans la cuisine"

C'est l'effervescence... Heureusement qu'une petite fée du logis a commencé à mettre la main à la pâte!

Calendrier de l'Avent (jour 23)

Dans la famille Marmotte cette date est d'autant plus importante que nous fêtons deux anniversaires et depuis 2015 le frère et la sœur n'ont pas pu le fêter ensemble.

 

À votre avis,

que peuvent bien concocter Scrap à Puy et Manu

dans leur cuisine?

 

Pour répondre à la question du jour 22, il ne s'agit pas d'un animal marin, pas du sel et encore moins un corail même s'il y en a de beaux à La Réunion. Il s'agit bien d'un morceau de lave quelque part au fond d'un tunnel de lave... des couleurs magiques quand l'éclairage le permet.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 11:24

 

Suite à mon article au sujet de l'anniversaire de mon Terrier, je n'ai répondu à aucun commentaire, volontairement, car je préfère remercier tout le monde ici.

Merci de me faire confiance.

 

Merci de m'encourager à continuer à mélanger Nature et activités manuelles.

 

Merci de vos visites fidèles.

 

Pour vous remercier, je vous offre la recette de ma salade automnale.

 

 

Je vous garantis l'authenticité de cette création très personnelle. Vous ne la trouverez dans aucun livre de cuisine ni sur aucun blog dédié à l'art culinaire même si l'idée première vient de mon inspiratrice favorite, Cooking Julia.

 

Je vous invite à relire comment je m'inspire de ses recettes, ici.

Monique a vite reconnu le chou kale; les carottes n'ont pas échappé à Dany; et Yakéné a deviné le chou-fleur et non le céleri. Bravo à elles.

 

La plupart du temps,comme je l'ai déjà raconté ici, avant de cuisiner je fais un tour dans le potager ou dans le cellier où sont stockés les produits du jardin.

Ce jour-là, c'est le chou kale qui a attiré mon attention car dans le jardin, il a fière allure!

La salade automnale de Marmotte
La salade automnale de Marmotte

Depuis que Mr Marmotte cultive ce légume, nous nous régalons aussi bien cru que cuit.

Il me rappelle davantage l'épinard que le chou vert. De plus, ses bienfaits ne sont pas négligeables.

 

Ce légume ancien revient sur le devant de la scène, classé parmi les “super-aliments”, en raison de sa richesse exceptionnelle en micronutriments protecteurs. Ses teneurs record en bêta-carotène et en vitamine C, son apport spécifique de composés soufrés, lui confèrent de nombreux atouts pour la santé, en particulier un intérêt dans la prévention des cancers. Le kale gagne à être consommé cru, en smoothie ou en salade. Mais, il permet aussi de préparer des chips apéritives nutritives et très basses calories.

Doctissimo

Revenons à nos moutons notre salade.

 

C'est Cooking Julia qui m'a appris à cuisiner le chou kale cru. Il faut choisir les feuilles les plus jeunes, bien les laver à l'eau vinaigrée car leurs frisures sont un excellent couvert pour les minuscules limaces. Il faut également les attendrir en les malaxant bien avec la vinaigrette.

La salade automnale de Marmotte

 

Ce jour là, j'avais également un beau chou-fleur et je me suis souvenue du "taboulé de chou-fleur aux légumes" de Cooking Julia.


 

La salade automnale de Marmotte

Il manquait un peu de couleur à cette salade. Quoi de plus naturel que quelques carottes râpées au Thermomix, bien entendu.

Photo trouvée sur le Net

Photo trouvée sur le Net

On ne le voit pas sur la photo mais j'ai également ajouté quelques tomates cerises marinées à l'huile d'olive, tomates que j'avais fait sécher au soleil cet été, toujours selon les conseils de Cooking Julia.

La salade automnale de Marmotte

D'autre part, j'ai utilisé un peu de cette huile parfumée du bocal pour assaisonner ma salade.

La salade automnale de Marmotte

 

 

J'ignore ce qu'en penserait un chef cuisinier (ou ma diététicienne préférée qui se reconnaîtra) mais j'ai régalé mes convives tout en leur apportant quelques vitamines bien nécessaires en ce moment!

 

Bon appétit!

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2020 2 24 /11 /novembre /2020 05:08
Anniversaire

 

9 ans à dévoiler quelques réalisations de patchwork, couture ou broderie

9 ans à partager sa passion pour la Nature

9 ans à faire circuler des informations

9 ans qui ont permis certaines rencontres ou retrouvailles

et surtout

9 ans de plaisir à écrire ces articles

et à lire les commentaires en direct ou en privé.

En cette fin de décennie, il est temps de faire un bilan.

Depuis toutes ces années, mon Terrier a reçu plus de 133 000 visites. C'est bien peu par rapport à des blogs beaucoup plus vivants mais j'en suis tout de même très heureuse et j'en remercie les fidèles et les autres.

 

 

Depuis mi-octobre, 209 personnes sont inscrites à l'infolettre. J'aurais aimé fêté la 200e... mais Claudie n'a pas répondu à mon message. Peut-être ne l'a-t-elle pas reçu? et se manifestera-t-elle suite à cet article? Sinon, je fêterai la 210e.

Suite à chaque publication, certain(e)s visiteur(euse)s me laissent un petit commentaire, public ou privé qui fait toujours plaisir et auquel j'essaie de répondre aussi souvent que possible. Ces échanges permettent de reprendre contact parfois avec d'anciennes connaissances ou au contraire de nouer de nouvelles relations.

 

Poursuivre ou non l'aventure?

La question ne se pose pas pour moi.

Rejoindre un autre réseau?

Je me suis déjà exprimée à ce sujet, ici

Séparer mon Terrier en deux?

Une partie activités manuelles et une partie Nature...

J'y pense souvent mais je sais qu'un grand nombre apprécie ce mélange.

Anniversaire
Anniversaire

Je suis à l'écoute de toutes les bonnes idées.

Je me demande souvent si mon style de police est agréable et facile à lire?

Est-ce que le rythme de programmation... assez variable... vous convient?

Peut-être auriez-vous des propositions à me faire pour améliorer cette communication virtuelle, si importante en ce moment?

Ne me demandez pas d'améliorer mes photos; je fais de mon mieux mais je ne suis pas une adepte de l'appareil photo.

Le terrier de Marmotte en automne
Le terrier de Marmotte en automne
Le terrier de Marmotte en automne
Le terrier de Marmotte en automne
Le terrier de Marmotte en automne

Le terrier de Marmotte en automne

 

 

Pour célébrer cet anniversaire, je vous offre un gâteau une salade, l'une de mes dernières créations culinaires. Saurez-vous reconnaître les ingrédients (tous issus du potager de Mr Marmotte... ou presque) qui composent cette salade automnale pleine de vitamines?

Anniversaire
Anniversaire

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2020 4 04 /06 /juin /2020 06:13

Ce n'est un secret pour personne, Marmotte aime cuisiner

et cuisiner simplement

avec les produits de saison et naturels.

 

Cuisiner pour deux, tous les jours, c'est agréable mais cuisiner pour plusieurs c'est encore mieux et c'est sans doute ce qui m'a le plus manqué au cours de ces 2 derniers mois.

 

 

Si j'aime cuisiner c'est aussi grâce à un ustensile qui m'est devenu presque indispensable, le Thermomix de Vorwek et aux recettes adaptées de Cooking Julia. Ce blog est particulièrement pratique pour rechercher une recette.

Marmotte et la cuisine

Voici l'exemple d'un de mes derniers repas.

Je commence par faire le tour du jardin ou je demande à mon jardinier préféré ce qui est à maturité. Actuellement, ce sont les brocolis qui doivent être utilisés.

 

Sur le blog de Cooking Julia, dans la rubrique "Recherche par ingrédient" (en bas à droite), je clique sur "brocoli" et là, je trouve toute une liste de plats qui peuvent me convenir. Bien sûr, il faut tenir compte des autres ingrédients du placard ou du frigo. Cette fois, ma recherche ne sera pas longue car la première recette me convient tout à fait "Duo de poissons au brocoli et crème de coco". Seul bémol, j'ai bien du saumon mais pas de haddock fumé. Ce n'est pas l'élément principal, je vais donc trouver une astuce pour remplacer ce goût fumé, un peu de bonne poitrine fumée coupée en très petits morceaux, provenant de notre producteur local, la ferme de la Croix Marand.
 

 

Photo empruntée à Cooking Julia car j'ai oublié d'en faire une.

Photo empruntée à Cooking Julia car j'ai oublié d'en faire une.

Pour préparer les brocolis,

il faut détacher les petites fleurs et jeter le trognon...

quel dommage!

Pourquoi ne pas l'utiliser pour le transformer en potage?

Pas de recette sur mon blog préféré mais je vais m'inspirer d'autres recettes de velouté que je trouve dans "l'index salé".

Comme je viens de râper des carottes, je n'ai même pas besoin de laver le bol, bien au contraire. J'utilise un petit reste de ces carottes pour compléter mon potage ainsi qu'un oignon et pour le bouillon, l'eau de cuisson des brocolis.

En cette saison, une soupe chaude ne fait pas tellement envie mais si on la transforme en velouté glacé, cela devient une meilleure idée.

Pour la servir, je choisis des petites verrines et j'ajoute quelques noix de cajou (achetées chez Yovo Bio au marché local) pour apporter un peu de croquant et quelques peluches de cerfeuil (du jardin) pour rehausser la couleur et donner un peu de verdure.

 

 

 

Une recette complètement improvisée

qui a eu beaucoup de succès.

Marmotte et la cuisine

J'ai l'entrée et le plat principal, il ne manque plus que le dessert.

 

 

Au jardin, il ne reste pas assez de fraises et cette année notre cerisier, si beau à la floraison, est en train de dépérir... sans doute une conséquence de la canicule de l'été dernier. Pas de fruits frais à utiliser, par contre le congélateur renferme encore beaucoup de cerises de l'an dernier.

Retour chez Cooking Julia, je n'ai même pas besoin de chercher puisque la recette du jour propose le "Clafoutis aux cerises de Guy Savoy".

 

Marmotte et la cuisine

Tout le monde a apprécié ce repas simple

composé de produits de saison les plus naturels possible.

 

Depuis quelque temps, j'ose adapter les recettes en fonction de ce que j'ai sous la main.

Au début du confinement, j'avais repéré une recette, toujours chez Cooking Julia, "Emincé de poulet aux épinards". N'ayant pas d'épinards, je les ai remplacés par des côtes de blettes du congélateur et j'ai utilisé les petits rosés cueillis à l'automne et également congelés.

Marmotte et la cuisine

 

Je crois avoir réussi également une autre adaptation.

Pour Pâques, je voulais malgré tout marquer cette fête

par un repas qui sorte un peu de l'ordinaire.

 

 

Sur le journal local, je découvre une recette offerte par le cuisinier Hervé Lussault à Amboise "Noix de Saint-Jacques, poireaux et combawa". 

 

Marmotte et la cuisine

J'ai encore quelques noix de Saint-Jacques au congélateur qui ne demandent qu'à être cuisinées ainsi qu'un combawa rapporté de La Réunion.

Par contre le poireau me manque, comment le remplacer? Je me souviens d'une association St-Jacques/endives qui m'avait bien plu et il me reste justement quelques endives... je me lance!


 

Le résultat est vraiment à la hauteur de mes espérances.
Le résultat est vraiment à la hauteur de mes espérances.

Le résultat est vraiment à la hauteur de mes espérances.

Le plus délicat, c'est la sauce qui n'est autre qu'un beurre blanc. Pour être sûre de la réussir, je fais confiance à mon robot préféré. Je trouve la recette sur le livre de base "A table avec Thermomix".

Marmotte et la cuisine

Quel dessert après ce délicieux plat?

 

 

C'est Mr Marmotte qui s'en charge. C'est lui qui est chargé de l'achat du pain chez "La Soudanaise".

Julien Robert, le jeune boulanger que nous avons découvert récemment, mérite que l'on s'intéresse aux différents produits qu'il propose pour s'adapter à la situation et satisfaire ses clients.

Pour ce jour de Pâques, pas comme les autres, il a créé des petits nids qui ont fait le bonheur de nos papilles.

 

 

Marmotte et la cuisine

Un grand MERCI

à Cooking Julia et à Thermomix !

Marmotte et la cuisine
Partager cet article
Repost0
5 avril 2020 7 05 /04 /avril /2020 17:30

Pour ne pas faillir à cette tradition charentaise du jour des Rameaux...

Gourmandise

Avez-vous reconnu la célèbre cornuelle, spécialité de Villebois-Lavalette?

Je vous en déjà parlé ici.

Si cela vous tente, je vous offre ma recette.

Vous ne trouverez pas le moule adéquat... mais vous pouvez tout à fait découper un simple triangle (percé d'un rond bien entendu), le goût n'en sera pas altéré pour autant.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le terrier de Marmotte
  • : Patchwork - broderie - décoration - cuisine - nature
  • Contact

Recherche

Catégories