Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 11:43

En lisant l'appel de la forêt

(je ne parle pas du livre de Jack London

mais du dernier article de La Ruche des Quilteuses)

m'est revenu en mémoire le livre que Marmotton m'a offert pour Noël.

Être un chêne

Si vous êtes, comme moi, sensible à la beauté d'une forêt et curieux(ses) de comprendre ce qui nous attire en ces lieux et nous apporte tant de bien-être, « Être un chêne » vous apportera des réponses et complète l'article de Katell.

Il se lit comme un roman alors que c'est un ouvrage que je qualifierai de scientifique mais très pédagogique.

Ma sylvothérapie réalisée en 2019

Ma sylvothérapie réalisée en 2019

Ingénieur forestier à l'ONF (Office national des forêts), Laurent Tillon nous fait découvrir non seulement la vie d'un arbre et de la forêt mais surtout tout ce que nous ne voyons pas et n'imaginons même pas.

Nous découvrons la sensibilité du vivant.

Laurent Tillon présente son livre.

Sous-titré « Sous l'écorce d'un chêne », nous pénétrons véritablement à l'intérieur de cet arbre et du milieu auquel il est relié.

Croquis de Laurent Tillon

Croquis de Laurent Tillon

Nous comprenons vite les interactions insoupçonnées de tous les éléments : du champignon invisible au majestueux cerf, en passant par le mulot, la chenille, le capricorne ou encore le pic et tant d'autres...

De la plus petite radicelle enfouie sous terre jusqu'à la dernière feuille tout en haut du houppier il est difficile d'imaginer la circulation des informations nécessaires à la vie d'un arbre.

Dans les Vosges

Dans les Vosges

J'ai été impressionnée d'apprendre comment ces géants qui semblent immobiles communiquent entre eux, comment ils s'adaptent aux diverses situations qu'elles soient d'origine biologique, climatique ou humaine.

La forêt polonaise

La forêt polonaise

Nous suivons le développement de Quercus, le chêne, de sa naissance, il y a 240 ans jusqu'à nos jours alors qu'il n'en est qu'aux 2/3 de sa vie théorique.

Chêne pédonculé multiséculaire

Chêne pédonculé multiséculaire

 

 

Le développement du petit gland a été conditionné par bien des facteurs et continue à subir les aléas de son environnement.

Pour répondre à l'attaque de Tortrix, la chenille ou à la prolifération d'Apodemus, le mulot, Quercus est capable de différer l'éclosion de ses bourgeons tout comme les populations de ces petits rongeurs vont elles-mêmes se réguler en fonction de la nourriture.

Nous découvrons comment Dryocopus, le pic noir, ou Dendrocopos, le pic épeiche, en creusant leur loge dans le tronc de Quercus l'aideront à se protéger de Cerambyx, le capricorne en favorisant l'installation d'autres espèces comme la chouette ou la martre.

Du sous-sol à la canopée la coopération est partout.

Quelque part sur le Mont Aigoual

Quelque part sur le Mont Aigoual

Silva, la forêt qui abrite notre chêne, en l’occurrence celle de Rambouillet, a bien changé en deux siècles. Elle est passée de forêt royale uniquement destinée à la chasse et entretenue par les paysans qui soldaient ainsi leurs impôts à la forêt que nous connaissons où les citadins aiment se ressourcer.

Entre temps, son aspect a évolué en fonction des besoins humains et des aléas climatiques.

En Margeride

En Margeride

 

 

Si, après la Révolution, Silva est devenue réserve de bois de chauffage, au XXe siècle il a fallu la remplacer par des plantations de pins pour subvenir aux besoins de la mise en place du réseau téléphonique.

Silva perdait alors son statut d'écosystème naturel.

Le public prend trop souvent les plantations d’arbres pour de véritables forêts : en France, par exemple, on parle de la « forêt des Landes de Gascogne », alors que c’est une plantation de pins. Dans les deux cas, il s’agit d’arbres côte à côte, mais cela ne justifie pas de les confondre. Il est temps que cesse cette confusion entre deux ensembles d’arbres que tout sépare et qui s’opposent l’un à l’autre, car, en réalité, les champs d’arbres sont l’inverse des forêts.

Francis Hallé

Photo empruntée à Internet

Photo empruntée à Internet

Peu à peu, ce sont les aléas climatiques de plus en plus nombreux qui feront prendre conscience aux humains de la nécessité de préserver ce milieu en particulier après les tempêtes Lothar et Martin fin décembre 1999.

... la forêt est devenue un refuge pour l'ensemble de la biodiversité, tant pour les espèces fuyant l'artificialisation des paysages que pour les espèces de milieux agricoles qui ne trouvent plus suffisamment d'espaces où vivre sereinement...


Laurent Tillon (Être un chêne p.266)

Photo empruntée à Internet

Photo empruntée à Internet

Désormais, les forestiers doivent faire face à un compromis : produire du bois localement pour satisfaire la demande croissante de chauffage tout en proposant une forêt accueillante pour Homo qui aime s'y promener et en préservant la biodiversité de Silva.

Eux, immobiles, évoluent avec leur environnement et chaque espèce s'adapte à chaque situation, à chaque agression. Certains individus disparaissent parfois, mais globalement ils résistent, poursuivent leur vie et participent à l'histoire. La mort est naturelle, elle fait partie du cycle.

Laurent Tillon (Être un chêne p.290)

Si Silva a démontré, à de nombreuses reprises, sa faculté de résilience après les attaques d'insectes, les sécheresses, les incendies ou les tempêtes, résistera-t-elle encore longtemps au changement climatique ?

La Touche Poupard

La Touche Poupard

Homo aura-t-il l'intelligence nécessaire

pour limiter en amont les émissions de gaz à effets de serre ?

Homo acceptera-t-il le retour de Canis, le loup,

ce grand prédateur indispensable à l'équilibre de la biodiversité?

Notre chêne remarquable du Puits d'Enfer

Notre chêne remarquable du Puits d'Enfer

Si nous voulons encore longtemps bénéficier des bienfaits des arbres, continuons à observer la nature qui nous entoure mais apprenons à la comprendre et surtout réfléchissons aux relations entre les espèces, y compris celle d'Homo.

Prenons exemple sur Quercus

qui cultive sans le savoir l'art du Vivre-Ensemble.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes derniers arbres appliqués.

Mes derniers arbres appliqués.

... il nous faudrait peut-être accepter la différence et vivre pleinement avec nos congénères d'une part, mais aussi être plus attentifs et respectueux des autres espèces, de la nature, de chaque représentant de la Terre dont nous dépendons tant.

Laurent Tillon (Être un chêne p.301)

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Bonjour Marmotte,<br /> je connaissais ce livre mais ne l'ai pas encore chez moi. Tu donnes vraiment envie de l'acheter.<br /> Quant à la jeune génération, je suis moins optimiste que toi. Je vois le comportement de certains, qui ont pourtant le courage de venir dans ma montagne en été, c'est inquiétant. Quant à ceux de l'hiver... Et ceux qui vivent ici et qui ne font jamais une balade en forêt. Il n'y a hélas pas que des militants. J'ai bien peur que les" jemenfoutistes" de la planète ne soient les plus nombreux.<br /> Tes derniers arbres sont très beaux et bravo pour ta constance.<br /> Bises des Pyrénées
Répondre
E
Je note le titre avec intérêt, merci Pierrette !
Répondre
M
C'est un livre qui devrait te plaire... ainsi qu'à ton papa.
L
Merci pour cet article très intéressant. Bonne journée
Répondre
M
Merci... Du coup, je viens de visiter les Marais bleus que j'avais un peu délaissés ces derniers temps!
M
je commande le livre!
Répondre
M
Je suis certaine que tu ne seras pas déçue!
N
très bel article PIERRETTE , cela donne envie de se promener et de lire ce livre .Merci
Répondre
M
Merci Nadine!<br /> J'ai bien l'intention de donner envie de le lire... mais aussi de se promener en forêt et surtout de faire en sorte de la protéger.
A
Superbe article!<br /> Quoi de plus beau qu'un arbre.<br /> C'et une prière qui monte vers le ciel.
Répondre
M
Merci Andrée. Je retiens ce que tu dis... c'est tellement beau!
K
Informatif et follement poétique, ma chère Marmotte !<br /> Comme tu sais, j'ai ce livre sur ma table de chevet (avec Sidérations de Richard Powers, qui a écrit le fameux L'Arbre-Monde...) et je ne vais pas tarder à m'y plonger tellement tu me donnes envie.<br /> <br /> Il est grand temps de mettre ces sujets au-devant des préoccupations mondiales. J'ai une grande confiance dans la nouvelle génération, mais ils ont besoin de notre soutien aussi.<br /> Et bravo pour tes arbres textiles ! Émilie sera ravie de le voir !
Répondre
M
Oui, la génération future sera plus à l'écoute de la nature et ne reproduira pas les erreurs que nous avons faites... mais ils ont du travail!
R
Extrêmement interessant ton article Marmotte. C'est magnifique à lire et tellement bien écrit. On a envie de mieux gérer son environnement et l'usage que l'on en fait. Bravo.

Présentation

  • : Le terrier de Marmotte
  • : Patchwork - broderie - décoration - cuisine - nature
  • Contact

Recherche

Catégories