Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2021 1 22 /02 /février /2021 05:53

Née dans la plaine niortaise,

en arrivant en Charente je trouvais les paysages « montagneux »…

un bien grand mot pour ces belles collines de Charente limousine !

qui en a fait rire plus d’un (e).

 

Depuis que je vis dans mon nouveau terrier, même si je regrette ma vie charentaise, j’ai découvert un nouvel environnement que je me surprends à apprécier chaque jour davantage et au sein duquel je me sens de mieux en mieux.

J’ai fini par comprendre que c’est ce paysage de bocage de Gâtine Poitevine qui me procure cette sensation de bien-être.

 

Du bocage...

Pourquoi ?

Avec la forêt, le bocage est sans aucun doute un des milieux naturels les plus hospitaliers.

« Naturel » n'est pas tout à fait le terme approprié puisque le bocage a été entièrement façonné par l'homme.

Bocage : nom masculin (de bosc, de l'ancien français bos, bois). Assemblage de parcelles (champs ou prairies), de formes irrégulières et de dimensions inégales, limitées et closes par des haies vives bordant des chemins creux. (Autrefois dominant dans l'ouest de la France, il y a reculé avec l'extension du remembrement.)

Larousse

Bocage: Type de paysage caractéristique de l’ouest de la France, formés de prés enclos par des levées de terre plantées d’arbres.

Petit Robert

Alors que les paysages gaulois n'étaient que forêts ou openfields, c'est au Moyen Âge et surtout après la Guerre de Cent Ans que sont apparus les premiers bocages suite au défrichement des terres afin d'y installer pâturages et cultures. Ce développement se prolongera jusqu'au XVIIIe siècle puis périclitera avec l'arrivée de la mécanisation et le remembrement qui en a découlé au lendemain de la 2e guerre mondiale.

Images empruntées à Mainate TV
Images empruntées à Mainate TV

Images empruntées à Mainate TV

Ce sont les seigneurs qui détenaient les propriétés et demandaient aux paysans de clore le terrain qu'ils pouvaient exploiter. Ils ont, pour cela, creusé des mares et des fossés et planté des haies vives surmontées d'arbres tout autour, d'abord pour éviter que leur troupeau ne se sauve et pour leur assurer le bien-être apporté par l'ombre et par l'eau. Dans certains cas, les fruitiers de ces haies apportaient également un complément de nourriture. Les habitations étaient reliées entre elles par des chemins creux, véritables labyrinthes qui, dans certaines régions comme la Vendée, furent très utiles aux Chouans qui y trouvaient refuge.

Du bocage...
Du bocage...
Du bocage...
Du bocage...
Du bocage...

Les exploitants de petites métairies étaient autorisés à prélever le bois de taille alors que les propriétaires se réservaient celui des grands arbres, d'où la naissance des têtards.

Du bocage...

L'élément essentiel du bocage est très certainement la haie.

Pour quelles raisons ?

 

Je vous donne rendez-vous demain pour le découvrir.

Je vous invite aussi à lire cet article du Dr Louis Merle sur les origines et l'évolution du bocage de Gâtine Poitevine.

Ceci est le véritable secret de la vie: être complètement engagé avec ce que vous faites dans l'ici et maintenant. Et, au lieu d'appeler cela "travailler", réaliser que c'est jouer.

Alan Watts

Partager cet article
Repost0

commentaires

la fourmi 26/02/2021 09:34

Je continue ma lecture "à l'envers" et je m'émerveille devant les photos et ta façon de raconter.

Marmotte rousse 28/02/2021 09:17

Merci!

launisa 22/02/2021 19:06

message très instructif. j'aime le bocage, qui me rappelle mon enfance ardennaise (en thiérache). Bonne soirée

Marmotte rousse 24/02/2021 11:44

Merci! je suis heureuse de faire revivre quelques tendres souvenirs.

Mauricette 22/02/2021 10:15

Non, celui de largeasse, mon mari est né à Vernoux

Katell 22/02/2021 09:05

Ce paysage de notre enfance, et de celui de tant de générations auparavant, est écologiquement équilibré. Il respecte toute une petite vie grouillante, des chemins, des barrières naturelles, ce que tu développeras certainement demain.
L'industrialisation de l'agriculture, je l'ai vécue dans ma famille dans les années 1970, c'était comme la poule aux œufs d'or. C'était aussi, pour ces personnes méprisées par le reste de la population (les bouseux, disait-on alors), une revanche de respectabilité. Mon oncle disait qu'il devenait ainsi un acteur du progrès de la France, en agrandissant ses champs, en achetant des machines sophistiquées, en utilisant des engrais chimiques.
50 ans plus tard, nous savons que ce n'était pas la panacée, tant de terres sont devenues des supports quasi-inertes. Et 40% des terres sont consacrées à la nourriture animale, n'est-ce pas un sacré gâchis ?... Pourquoi ce tollé aujourd'hui quand on veut servir un repas par semaine sans viande à la cantine (mais avec les œufs et du poisson !!) ? Les médecins sont unanimes, pas de viande tous les jours... Tout est lié, on peut vivre plus sainement et très bien.
Chère Marmotte Rousse, merci d'aborder ces sujets. Ils sont polémiques, chacun a son histoire et quand la politique ou la religion s'en mêlent, c'est d'autant plus risqué. Toi comme moi avons un sentiment d'urgence, respecter la biodiversité passe par la sauvegarde de notre campagne et au-delà, pour conserver la viabilité de notre Terre... Ni la Lune, ni Mars, ne sont hospitalières !

Marmotte rousse 22/02/2021 09:11

Merci Katell pour ce complément d'info.
Et dire que certains agriculteurs croient encore qu'en produisant à grande échelle ils travaillent pour nourrir la Planète.

Mauricette 22/02/2021 09:01

Un très joli post qui me touche, tellement de jolis souvenirs des promenades dans la gâtine des 2 sèvres, région natale de mon époux. Nous avons à la maison une grande photo prise au rocher branlant. Merci

Marmotte rousse 22/02/2021 09:06

Oh... le rocher branlant à Pougne-Hérisson? lieu de naissance de Maman!

Présentation

  • : Le terrier de Marmotte
  • : Patchwork - broderie - décoration - cuisine - nature
  • Contact

Recherche

Catégories